top of page

Dites-leur qu'ils ont une âme...



C'était au cours d’une session sur "Faire la paix en soi" à laquelle j’assistais. Après un exercice de visualisation, une participante partagea son expérience qui la laissa très perplexe: «J’ai entendu cette phrase dans ma tête: La paix c’est la mort.» L’animatrice lui demanda, d'un ton très délicat : « La paix, c’est la mort… de quoi ? » S’ensuivit un long silence…. Puis la femme émue aux larmes murmura : «C’est la mort de l’ego.» Je fus bouleversée par cette découverte, à la fois très surprenante et si évidente. La paix, c'est la mort de l'ego. Oui, la vérité est qu’un ego fragile se nourrit d’histoires malheureuses dans lesquelles il se positionne en victime. Il aime ressasser les tords qu’on lui a fait : « Comment osent-ils me traiter ainsi ! » Et il ajoute parfois à son malheur tous les reproches qu’il peut se faire à lui-même : « Je n’ai pas confiance en moi, je ne suis pas assez bien… » Il aime les drames, c’est ainsi qu’il se sent vivant. Sans ces histoires qu’il se raconte, il risquerait de ne plus se sentir exister. De fait, il est mû par la peur de manquer : manquer d’amour, de reconnaissance, de biens matériels, de temps… Appelé aussi "moi", l'ego nous permet d'être considéré comme un individu séparé du monde. Ne croyez pas qu'il soit mauvais, il fait juste partie de nous! D'ailleurs, un moi fort est une base solide pour mener une vie épanouie. Vivre en amitié avec soi-même est hautement recommandé pour la santé mentale. Le problème ne survient que lorsque le moi prend les commandes de toute notre personne, se croyant le seul maître à bord. Erreur! Le moi n’est qu’un satellite d’une instance infiniment plus grande et plus sage : le Soi, appelé aussi l’âme. Certains se demanderont : Mais qu’est-ce que ça change de savoir que j’ai une âme ? Eh bien, l’ego peut alors retrouver sa juste place, en se mettant au service de son âme dont la présence discrète mais bien réelle est source de paix, de joie et d’amour. C'est elle qui détient notre véritable identité ainsi que la tâche unique qui nous est confiée. De même qu’un gland contient déjà le potentiel du chêne, nous portons au cœur de nous-même, le potentiel de notre mission de vie. Deviens ce que tu es, voilà à quoi nous sommes appelés. Quelques mois avant sa mort, Jean Monbourquette insistait auprès des animateurs en formation: « Dites-leur qu’ils ont une âme. » J'ai entendu cette demande comme un point clé de son testament, c’est pourquoi je tenais à vous le dire.

Comentários


Featured Posts
Check back soon
Once posts are published, you’ll see them here.
Recent Posts
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
bottom of page